Et le Burundi donna naissance à une poète…Ish’M !

0

On te dira que…

Il y a des vers qui réveillent les cœurs endormis et pansent les plaies de ceux qui sont meurtris par les déceptions. Il y a des vers qui donnent une envie farouche de chérir la vie. Il y a des vers magiques qui, même quand on est sur le point de se suicider, détournent le visage de la corde méchante et embaument l’esprit…Celui ou celle qui a déjà lu : «La fleur de Lys.. » …Je veux que mes mots créent un sourire sur ton visage, Celui qui me fait penser à la fleur de mon jardin, Celle que je cueille quand le beau temps égaie mes journées, Et celle qui attendrit mon regard quand la pluie la fait grandir…  »… te dira qu’Ish’M est un génie qui sait comment égayer les cœurs endurcis avec des vers émouvants.

Issue d’une famille de 4 enfants, Ish’M de son vrai nom Aimée Ishimwe (2ème de la famille) est une véritable incarnation de vers libres qui font virevolter tout un ciel d’humeurs glacées. Elle est une âme vivante qui abonde de joie pérenne  et de simplicité sans zigzags. Les gestes les plus simples de la vie (le sourire de sa nièce, un chant dans la chorale, un anniversaire, une photo, un vers dans un poème…) sont pour elle les plus grands trésors de l’existence. Derrière un visage rempli de tendresse et un corps d’une beauté rare, on retrouvera toujours « Umwigeme » très entreprenante, posée et qui ne court jamais pour rien. C’est une Aimée  battante qui croit inlassablement en ses rêves et qui a placé Dieu au centre de sa vie. Pendant ses temps libres, elle aime causer avec les amis, lire et composer des poèmes. Sa couleur préférée, c’est le bleu. Et si vous l’invitez chez vous, n’oubliez pas de prévoir sur la table les frites et le poisson, elle adore ça.

Une vie, un parcours…

 Aimée se souvient qu’un jour à l’école primaire, quand la maîtresse s’est mise à chercher celui ou celle qui pouvait écrire les bavards, le sort est tombé sur elle. Et ce fut sa toute première responsabilité. Même le Lycée du Saint-Esprit connait bien son nom. Elle est passée par là. L’école secondaire a été pour Aimée une aventure jalonnée de responsabilités et de succès. Elle a été déléguée de classe. Rédactrice en chef pendant deux ans d’une revue du lycée, elle a eu de quoi être fière. Ceux qui connaissent la fameuse revue « AKANUMA » savent de quoi on parle. La qualité littéraire qui caractérisait chaque revue à sa publication  a toujours été  une preuve incontournable d’un travail assidu de vrais passionnés des lettres.

Arrivée  à l’université,  sa passion ne s’est pas éteinte. Elle a continué à faire briller son intelligence. Deux premiers prix (elle et un autre étudiant) pour son université lors d’un concours inter-universitaire, c’était suffisant pour asseoir sa notoriété. Quand elle fait partie d’une équipe, elle gagne. Après l’université, elle a participé à une compétition dans le domaine de l’entrepreneuriat, et là encore, le premier prix, c’était pour elle. On se souviendra toujours de son prix raflé au Nigéria lors d’une compétition de « Tony Elumelu  Fondation ». C’est d’ailleurs une de ses grandes fiertés. Et en plus de ça, on ne peut jamais oublier toutes les occasions où elle est parvenue et parvient toujours à créer un sourire, ou même des larmes de joie grâce à ses sublimes poèmes. Pour elle, un réel succès, c’est quand elle participe au bonheur de son prochain. Souvent, dans les clubs ou associations, chorale, elle est dans l’équipe dirigeante ou comité.

Aimée Ishimwe (au milieu) au Nigéria lors de la compétition de « Tony Elumelu  Fondation »

Et la poésie dans tout ça…

Comme on parle de maladie héréditaire, on va se permettre de parler de passion héréditaire. Cela parce que chez Aimée, sa passion envers la poésie semble être une histoire familiale. Elle reconnaît une chose : mon oncle ! Certainement que ça vient de lui. Elle a un oncle qui fait de la poésie en Kirundi (arivuga amazina comme on le dit chez nous), et croit qu’elle a hérité quelque chose de lui. Et si ce n’est pas le cas, certainement que c’est un don de Dieu.

   Pour construire ses vers, Ish’M est inspirée par la vie quotidienne, les événements qu’elle observe dans son entourage, la joie ou les souffrances que les gens endurent etc. Pour elle, il n’existe pas d’auteurs préférés, elle lit un peu de tout. Mais si elle essaie de revoir le nombre de livres qu’elle a déjà lus, elle se rend compte que la majorité est formée par les livres de Daniel Steel.

Un rêve…

Comme tant d’autres, Aimé Ishimwe a un rêve, quelque chose de grand auquel elle aspire. Selon ses propos, elle rêve de  publier des recueils de poèmes et devenir propriétaire d’une entreprise qui a un réel impact dans la société. Avant de quitter cette terre, elle veut écrire une histoire et laisser un témoignage édifiant pour les générations à venir. Pour elle, le Burundi, c’est plus qu’un pays, c’est sa patrie, une partie d’elle…un passé mais surtout un avenir qu’elle doit protéger. Elle croit fortement qu’elle a  une pierre à poser pour construire ce pays et l’aider à se développer. Le domaine qui l’intéresse le plus est celui de l’agriculture, car elle trouve que cette dernière, une fois développée, est capable de propulser l’économie du pays.

 

Un message pour la jeunesse Burundaise

Aimée nous informe que si on la mettait en contact direct avec 8 millions de jeunes Burundais, elle leur dirait sans hésiter que le pays aura certainement l’image que nous voulons lui donner. Elle ne se contenterait pas d’épouser  le langage de certains politiciens qui disent «vous êtes le Burundi de demain». Elle pense plutôt que nous sommes aussi le présent. L’amour du prochain et de la patrie nous aiderait, nous en tant que jeunes, à faire avancer notre pays.

Moment de poésie avec Ish’M

 Feu ardent…

Il marque ses traces, comme sur une plage mouillée,
Où brume matinale caresse les yeux aveuglés,

Il brûle comme une fournaise
Où braise consume à son aise,

Il brise les bases qu’on se fonde
Pour installer des racines profondes,

Il arrache sans pitié nos rêves enfantins
Et donne un sens à notre destin,

Il rend fou et adorable ma foi
Fragile et fort à la fois,

Il change une vision en un avenir
Hésitant mais certain à deux,

Il est amour sous nos mains,
Déterminant notre vie de demain,

Il broie les corps enlacés
Pour modeler un cœur potelé,

Il s’introduit dans notre vie sans prévenir
Et s’engage à tout pour séduire,

Il est, des fois lâche,
Quand il fait battre notre cœur sans relâche,

Il brille de mille éclats
Et les haillons se transforment en robes de fête,

Il s’appelle Amour…amour qui illumine nos vies
Et feu ardent qui éclaire nos visages ravis..

Ish’M

Ezéchiel NDAYIZEYE

Share.

Leave A Reply