Le dessin, une passion pour Alène

0
Awesome
  • User Ratings (0 Votes) 0

Cadette au sein d’une famille de trois enfants, son talent n’est plus à camoufler. Dessinatrice hors pair, MUTORE Alène est l’une des artistes de l’entreprise Shaquart. Elle est aussi étudiante à l’université Lumière de Bujumbura en faculté de Gestion et administration. Interpellés par ses dessins  qui rivalisent avec les vraies photos, nous sommes allés à sa rencontre. Agée de 24 ans, elle nous révèle son secret.

J.T : Quand est-ce que vous avez découvert votre talent de dessinatrice ?

Alène : mon talent de dessinatrice s’est manifesté à l’âge de 14 ans. À l’époque, j’étais encore au lycée. C’est surtout mon professeur de dessin artistique  qui  l’a remarqué en premier. Moi, j’étais toujours fascinée par ses leçons. J’essayais de reproduire correctement tout ce qu’il nous demandait de dessiner.  Après, il a créé un club d’art que j’ai fini par intégrer  avec plaisir.  C’est comme ça que j’ai commencé à dessiner.

J.T : Dessiner, est-ce juste un hobby ou une passion ?   Penses-tu en faire un métier plus tard ?

Alène : Pour l’instant, je peux dire que c’est une passion, mais j’ai l’intention d’en faire un métier plus tard après mes études. J’ai encore soif d’apprendre beaucoup plus de techniques dans différents domaines des arts plastiques.

JT : Quels sont les principaux défis que vous rencontrez souvent dans votre travail ?

Alène : Les principaux défis que nous rencontrons, c’est la reconnaissance de nos travaux. Les gens ne nous prennent pas au sérieux. Ils pensent que c’est une perte de temps vu que jusqu’à maintenant nous ne pouvons pas en faire un métier. Et aussi, il y a le manque de matériel adéquat.

J.T : En observant tes croquis et ceux de tes collègues, le plus souvent l’on remarque que ce sont juste des portraits. Ça vous prend combien de temps  pour finir un portrait?  A part les portraits qui se limitent souvent au niveau du visage, vous arrive-il de dessiner tout le corps d’une personne?

Alène : Pour finir un portrait, ça peut prendre une semaine ou deux. Tout dépend des détails et notre disponibilité. Ce n’est pas toujours facile de combiner l’art et les études. Des fois, nous sommes obligés d’arrêter de dessiner pour mieux se concentrer sur les études. Par exemple pendant la période des examens. Dans ce cas, un portrait peut même prendre plus de deux semaines. Et pour la question de savoir s’il nous arrive de dessiner tout le corps d’une personne, oui c’est possible.  Mais le plus souvent, on nous demande de faire juste des portraits.

J.T : En guise de conclusion, quel est votre souhait pour l’avenir ? Quel conseil pouvez-vous donner aux autres jeunes artistes comme vous qui ne savent pas encore comment exploiter leurs talents ?

Alène : Je souhaite que dans l’avenir l’Etat puisse promouvoir le travail des jeunes artistes en organisant des compétitions artistiques sur tout le territoire national. Le conseil que je donne aux jeunes artistes dont les talents sont encore cachés, c’est d’être dynamiques pour éviter de rester les bras croisés en attendant que l’Etat leur offre du travail. Ils doivent prendre le risque d’exploiter leurs talents. Ici à Bujumbura, certaines portes sont ouvertes pour des jeunes talents. Il suffit de s’informer suffisamment auprès des personnes beaucoup plus actives dans ce domaine.

Propos recueillis par  Carrel NTUNGA

 

Share.

Leave A Reply