Yves KAMI, gardien des rythmes de chez nous

0

Yves KAMI est un artiste Burundais à la fois chanteur et musicien très talentueux. La philosophie de sa musique prend racine dans la tradition musicale de son pays natal.  Il s’inspire des mélodies et rythmes purement burundais pour donner naissance à son style qui s’inscrit déjà dans la catégorie « tradi-moderne ». Le mixage entre rythmes locaux et  musique moderne a permis à KAMI de se faire une sacrée réputation. Notre Artiste est né à Muyebe le 2 février 1987. Il a commencé à chanter quand il n’avait que 5 ans dans une école de dimanche des enfants appartenant à l’Eglise Méthodiste Libre. C’est en 2000, alors qu’il était encore élève au lycée Muyebe qu’il a commencé à écrire ses propres chansons. C’est lui qui faisait de belles performances au moment des activités culturelles dans son école. Il jouait et joue toujours à la guitare.

C’est à GITEGA qu’il a rencontré des groupes comme  Peace and Love, Lion Story, Prophets’ Voice et d’autres. En 2008, à l’université du Burundi, il a sorti sa première chanson intitulée « Twihoze ivyabaye ». Certains festivals locaux ont été honorés par sa présence. C’est notamment les festivals « Inanga » et « Amahoro ». En 2009, il est rentré cinquième d’une compétition nationale de la paix organisée par le Ministère de la jeunesse, des sports et de la culture. C’est en 2013 qu’il a produit l’album  “ Samandari” qui est devenu très populaire. Après ce succès auquel il ne s’attendait pas, KAMI a été élu meilleur chanteur dans deux compétitions : une était organisée par New Generation et l’autre par la radio Isanganiro avec le soutient d’Oxfam Novib. Il a déjà produit des chansons de campagne pour des ONGs comme PAIOSA, PANOS Grands Lacs.  Sa passion pour la musique l’a aussi amené à encadrer en musique des enfants soutenus par War Child Cibitoke et World Vision Gitega en 2015. En 2017, il a obtenu la Grade de licencié en droit à l’Université du Lac TANGANYIKA. Dans la même année, son album « UMWANYA » a été lancé. KAMI est devenu un vrai défenseur des rythmes de chez nous. Il travaille pour préserver la tradition. Il a choisi la chanson « Umudiho w’iwacu » pour lancer un appel vibrant à tous les Burundais. «…nzogenda muri Amerika, njanye akadiho ka hano iwacu ».

Par Ezéchiel NDAYIZEYE

Share.

Leave A Reply